X
Questionnaire sur les Directrices Mondiales
MENU
WGO
Back to Top
World Gastroenterology Organisation
World Gastroenterology Organisation
Follow
WGO: Facebook WGO: Twitter
Share

World Gastroenterology Organisation Global Guidelines

Maladie coeliaque

 

Avril 2012

 

Review Team

Julio C. Bai (Chair, Argentine)
Michael Fried (Suisse)
Gino Roberto Corazza (Italie)
Detlef Schuppan (Allemagne)
Michael Farthing (Royaume Uni)
Carlo Catassi (Italie)
Luigi Greco (Italie)
Henry Cohen (Uruguay)
Carolina Ciacci (Italie)
Alessio Fasano (Etats-Unis)
Andrea González (Argentine)
Justus H. Krabshuis (France)
Anton LeMair (Pays Bas)
Jean-Jacques Gonvers (Suisse)


Table des matièresVersion PDF pour télécharger et imprimer

(Cliquez pour agrandir la section)

1. Définitions

La maladie coeliaque (MC) est une entéropathie chronique immunodépendante affectant l’intestin grêle chez les enfants et lesadultes génétiquement prédisposés, qui est induite par l’ingestion de nourriture contenant du gluten [1]. On la connait aussi sous les noms de sprue coeliaque, d’entéropathie augluten ou de sprue non tropicale.

Le gluten est une matière protéique visqueuse qui reste dansla farine après qu’on en ait ôté l’amidon [2]. Les composants protéiquesmajeurs du gluten—la gliadine et la gluténine—sont des protéines de stockage dans le blé. Le gluten est présent dans le blé, le seigle et l’orge et concourt à la fermentation du pain. Il est couramment utilisé comme ingrédient dans l’industrie agro-alimentaire.L’exposition au gluten peut être à l’origine de maladies chez l’être humain, la maladie la plus connue étant la maladie coeliaque [3].

La maladie coeliaque n’est qu’un aspect de toute un e gamme de manifestations possibles à une réaction au gluten. D’autres maladies avec un lien immunologique et une dépendance au gluten sont l’allergie au blé etla sensibilité au gluten non coeliaque [3].

Une allergie au bléconsiste en une réaction immunologique à médiationIgE aux protéines contenues dans le blé. Selon le mode d’exposition à l’allergène et les mécanismes immunologiques sous jacents, une allergie au blé peut être classifiée dans quatre catégories [3]:

  • Une allergie alimentaire classique, avec des manifestations au niveau de la peau, du tractus gastro-intestinal ou du système respiratoire ; provoquée par l’ingestion de nourriture
  • Une anaphylaxie induite par l’exercice physique
  • Un asthme professionnel (asthme du boulanger) et une rhinite
  • Une urticaire de contact

La sensibilité au gluten non coeliaque est un trouble lié au gluten qui peut être pris en considération dans les cas de symptômes liés au gluten en l’absence de mécanismes allergiques ou auto-immuns. Les patientsavec une sensibilité au gluten en l’absence de maladie coeliaque montrent une histologie duodénale normale ainsi qu’une absence d’auto anticorps spécifiques pour une maladie coeliaque (anticorps anti-transglutaminase tissulaire, anticorps anti-endomysium) [3].

2. Eléments fondamentaux

Le gluten et les protéines du gluten présents dansle blé, le seigle et l’orge représentent les antigènes externes à l’origine de la maladie coeliaque. La maladie coeliaque se rencontre presque toujours chez des patients qui expriment les molécules MHC de classe II HLA-DQ2 et HLA-DQ8. La prévalence de la maladie coeliaque dans une population en bonne santé varie entre environ 1 pour 100 et 1 pour 300 dans la plus grande partie du monde.

patient atteint de MC ont un risque augmenté de MC.Sa manifestation clinique varie considérablement et peut se déclarer ou présenteresd symptômes à n’importe quel âge. De nombreux patients atteints de maladie coeli aque ont peu de symptômes réduits ou des symptômes atypiques, tandis qu’une minorité de patients souffre de malabsorption (maladie coeliaque classique). Les patients avec une maladie coeliaque active (cliniquement manifeste) ont un risque accru de complications, y compris un risque de mort, en comparaison à l’ensemble de la p opulation en général. Ce taux de complications majeures revient cependant à la norma le après 3-5 ans de régime sans gluten strict.

Les principaux facteurs diagnostiques comprennent:

  • Des changements histopathologique lors d’une biopsie intestinale, caractérisés par une hyperplasie des cryptes, une lymphocytose intra-épithéliale et la destruction de l’épithélium de surface
  • Des signes qui suggèrent que l’entéropathie de l’intestin grêle est liée au gluten— avec des anticorps spécifiques positifs pour la maladie coeliaque et/ou une amélioration clinique et/ou histologique après l’instauration d’un régime sans gluten

Les tests sérologiques jouent un rôle pour:

  • Confirmer la présence de la maladie coeliaque chez les patients avec une entéropathie caractéristique prouvée
  • Dépister les individus à risque
  • Identifier les patients chez qui une biopsie pourrait être justifiée.
  • Mener des investigations chez les patients présentant un risque accru pour cette maladie

La présence d’auto anticorps anti transglutaminase-2 (TG-2) suggère que la maladie coeliaque comporte un élément autoimmun. Chez l’adulte, la maladie coeliaque est diagnostiquée en moyenne >10 ans après l’apparitiondes premiers symptômes.

Les patients atteints de MC ne devraient manger aucun produit contenant du blé, du seigle ou de l’orge. Les patients doivent s’astrein dre à un régime strict sans gluten à vie. L’avoine peut être consommé mais est souventontaminéc par le blé ; l’avoine pur n’est que rarement disponible. Il existe un petit sous groupe de patients avec la maladie coeliaque (<5%) qui présente également uneintolérance à l’avoine pur.

3. Epidémiologie

Introduction

La maladie coeliaque est fréquente dans le monde entier et affecte entre 1 individu sur 100 à 1 individu sur 300 [4]. Sa prévalence est sensiblement plus élevée qu’estimée il y a une vingtaine d’années [5]. L’épidémiologie dela maladie coeliaque a les caractéristiques d’un iceberg—il y a beaucoup plus de cas non diagnostiqués (en dessous du niveau de l’eau) que de cas diagnostiqués (au dessus du niveau de l’eau [6] (Fig. 1).

Le risque d’avoir une maladie coeliaque est beaucoup plus élevé chez les parents au premier degré (jusqu’à 10%) et un peu moins chez ceux au second degré ; il existe aussi chez les patients souffrant de diabète ou d’autres maladies autoimmunes, ainsi que dans la trisomie 21 et autres pathologies associées [7].

Un tableau clinique sévère peut se développer pendant la grossesse ou pendant la période qui suit l’accouchement chez 17% des femmes[8]. Le rapport homme femme est de 2 : 1.

Prévalence et incidence

La prévalence de la maladie coeliaque—c’est-à-dire le nombre de cas présents dans une population donnée à un moment précis—est global ement de 1%, mais il existe de grandes variations entre pays [8]. Ceci a été confirmé récemment par une étude multicentrique européenne qui montrait une prévalence variant entre 2% en Finlande et 0.3% en Allemagne [9]. Des études récentes ont montré que le nombre de nouveaux cas de MC pendant une période spécifique dans une opulation donnée (l’incidence) est en augmentation (en Amérique du Nord et en Europe) [5,10].

Fig. 1 L’iceberg coeliaque.

 

Tous les experts sont d’accord sur l’image de l’ice berg (Fig. 1): la prévalence est représentée ici par la taille totale de l’iceberg,alors que la masse en dessous du niveau de l’eau représente le nombre total de cas non diagnostiqués dans une population donnée à un moment précis. La masse au dessus du niveau de l’eau—le sommet de l’iceberg ou partie visible—représente le nombre de cas cliniquement diagnostiqués [8]. Le rapport des cas diagnostiqués par rapport à ceux qui ne le sont pas est considéré comme étant très variable entre pays (12:en Finlande, 1 : 20 en Argentine et aux Etats-Unis) [7,11,12]. Cela suggère que la plupart des cas de maladie coeliaque resteraient non diagnostiqués en l’absence de screening actif.

Il existe plusieurs raisons pour cette prévalence augmentée de la maladie coeliaque, l’une d’elles étant sa variabilité clinique très grande, avec des patients avec une présentation clinique « classique » et des patients avec des manifestations cliniques qu’on peut considérer comme « atypiques » ou « non classiques ». En outre, certains patients peuvent présenter un tableau clinique monosymptomatique ou oligosymptomatique [4]. Pour finir, la maladie coeliaque se présente souvent sans symptômes du tout, même quand ceux-ci sont activement recherchés. Les caractéristiques cliniques peuvent varier pendant al durée de vie du patient. Dans les pays ou les régions géographiques où ont été conduites des études épidémiologiques, il n’existe pas de différence significative entre les patients symptomatiques et les patients chez qui la maladie a été diagnostiquée rslo d’un dépistage.

Une étude clé de Fasano et al. en 2003 [7] a établia prévalence de la MC comme suit:

  • A risque : parents au premier degré: 1 : 10
  • A risque : parents au second degré: 1 : 39
  • A risque : parents symptomatiques: 1 : 56
  • Groupes non à risque: 1 : 100

Il est maintenant accepté que la taille totale de l’iceberg est plus ou moins la même partout dans le monde là où la prévalence a pu êtreévaluée, sauf en Afrique sub- saharienne, en Chine et au Japon [8]. Toutefois, la « ligne de flottaison » peut varier d’un continent à l’autre. En Europe et aux Etats-Un is, par exemple, la prévalence est similaire chez une population en bonne santé et chez des groupes “à risque”, mais l’iceberg est plus submergé aux Etats-Unis—moins de cas y sont diagnostiqués qu’en Europe.

La maladie coeliaque est associée à la prévalence du HLA-DQ2 et à un moindre degré du HLA-DQ8. Elle est aussi associée avec un aplotypeh ancestral comprenant les antigènes leucocytaires humains (HLA) de classe I et II (A, B, DR, DQ) [13], ce qui représente un élément nécessaire mais non suffisant pour le développement de la maladie coeliaque. La recherche suggère que, bien qu’ils soient des éléments clés pour la pathogenèse de la maladie coeliaque, les haplotypes HLA à eux seuls sont responsables d’environ 35–40% de la prédisposition génétique [14]. Des études génétiques récentes ont essayé de trouver des régions génomiques non-HLA associées à la maladie coeliaque. A ce jour, 40 régions génomiques abritant 64 gènes candidats ont été identifiées. Ces régions expliquent globalem nt seulement environ 5% de l’héritabilité génétique [14]. L’élément nécessairepour le développement de la maladie coeliaque est le gluten ; il n’y a pas de maladie coeliaque sans gluten.

Origine ethnique

Les premières études épidémiologiques ont considéréla maladie coeliaque comme une maladie des populations d’ascendance caucasienne, localisées en premier lieu en Europe et en Amérique du Nord [15]. Bien qu’il n’existe pas de données épidémiologiques pour le monde entier, d’autres études dans d’autres régions du monde ont cependant montré une prévalence comparable [12,16,17]. Certaines de ces études ont mis en évidence la maladie coeliaque parmi les populations avec une ascendance amérindienne ou afro-américaine [18,19]. Des études récentes ont démontré que la maladie coeliaque est courante en Afrique du Nord [20], au Moyen- Orient [8], en Inde [21] et au Pakistan [22]. Des données très récentes venant de Chine ont montré que les HLA-DQ prédisposant à la maladie coeliaque ainsi que la maladie coeliaque elle-même ne sont pas rares du moins dans les provinces de Jiangsu et de Zhejiang [23]. En résumé, la répartition mondiale des denrées alimentaires contenant du gluten, les génotypes prédisposant etles facteurs impliqués dans la pathogenèse de la maladie coeliaque sont très probablement à l’origine de l’émergence généralisée et quasi universelle de maladie.

4 Diagnostic de la maladie coeliaque

Introduction

L’augmentation considérable du nombre de patients chez lesquels on diagnostique une maladie coeliaque correspond à la reconnaissanc e de la grande variété des manifestations cliniques de la maladie [1,24–26], au développement de tests de dépistage fiables ainsi qu’à une réelle augmentation de l’incidence de la maladie.

Une grande variété de symptômes peut se rencontrerdans le tableau clinique:

  • Maladie coeliaque classique: le plus souvent des symptômes gastro-intestinaux (diarrhée, malnutrition, perte de poids, steatorrhé et œdèmes secondaires à une hypo albuminurie).
  • Non classique: dans cette catégorie, on trouve des patients pouvant présenter des symptômes gastro-intestinaux (douleurs abdominales, symptômes de reflux gastro-oesophagien, vomissements, constipation, symptômes évoquant une maladie de l’intestin irritable, distension, ballonnement, borborygmes, etc.); ou bien des symptômes non gastro-intestinaux, également appelés manifestations extra-intestinales (sans symptôme gastro-intestinal ). Ces patients sont le plus souvent mono symptomatiques ou oligosymptomatiques.
  • Maladie coeliaque asymptomatique (appelée autrefois maladie coeliaque silencieuse): le patient ne fait état d’aucun symptôme malgré un interrogatoire détaillé, malgré la présence d’une lésion intestinale caractéristique. Des études sur les effets d’un régime sans gluten chez des patients asymptomatiques au moment du diagnostic ont cependant montré une amélioration de leur qualité de vie [27], ce qui peut renforcer la décision de poursuivre un tel régime à long terme [28].

Cette diversité de symptômes représente un défi pour les praticiens qui ne sont pas familiers avec la maladie coeliaque.

Diagnostic courant. Dans la pratique, le diagnostic de maladie coeliaque (Fig. 2) repose sur des biopsies intestinales diagnostiques et la présence concomitance d’une sérologie positive pour la maladie coeliaque [6,29]. Il n’est pas indispensable de pratiquer une deuxième biopsie après traitement chez la plupart des patients qui répondent de manière satisfaisante à un traitementspécifique ; celle-ci ne devrait être effectuée que chez les patients avec une première biopsie et une sérologie non concluantes (p. ex. avec une entéropathie séronégative) ou chez des patients qui sont au bénéfice d’un régime sans gluten strict mais quine répondent pas au régime [30]. Un test au gluten dans lequel l’agent incriminé est réintroduit dans le régime alimentaire pendant la période de restriction alimentaire ne devrait être effectué que chez les patients au bénéfice d’un traitement maischez qui le diagnostic est incertain [31,32].

Tests diagnostiques

Biopsie intestinale

Les biopsies intestinales représentent conjointemen avec une sérologie positive l’étalon or pour le diagnostic de maladie coeliaque. En 1992, Marsh a effectué une revue de la sévérité de l’atteinte muqueuse observéchez les patients avec une maladie coeliaque traitée et qui ont été confrontésà des doses croissantes de gluten.

Une classification modifiée selon Marsh est maintenant couramment utilisée pour diagnostiquer la maladie coeliaque dans la pratique clinique [25,31].

Caractéristiques histologiques de l’entéropathie coeliaque

Des lésions histologiques sont considérées comme car ctéristiques mais non pathognomoniques pour la maladie coeliaque, car des lésions similaires se rencontrent dans plusieurs autres affections. La maladie coeliaque affecte la muqueuse de l’intestin grêle proximal, avec une diminution de al sévérité des lésions en allant vers l’intestin grêle distal; dans les cas sévères lesésionsl peuvent cependant être trouvées dans les régions plus distales [15].

Fig. 2 Diagnostic de la maladie coeliaque.

 

La sévérité et l’étendue de l’atteinte histologiquesemblent avoir une corrélation avec l’intensité des symptômes cliniques. L’atteint e proximale peut être très faible dans les cas “atypiques” ou “silencieux”, avec des anomalies inexistantes ou à peine décelables histologiquement dans l’intestin [15]. Des anomalies au niveau de la muqueuse gastrique ou rectale peuvent parfois êtresobservées.

Occasionnellement les lésions du duodénum et cellesdu jéjunum supérieur peuvent être irrégulières et ainsi rester inaperçues en casde prélèvement d’un nombre insuffisant de biopsies [25]. Il est impératif d’effectuer au moins quatre biopsies— trois dans la deuxième partie du duodénum distalement par rapport à la papille et une dans le bulbe duodénal. Un deuxième prélèvement peut être justifié en présence d’un diagnostic histologique négatif chez certains patients avec des auto anticorps positifs (par exemple, les anticorps endomysiaux) (EMAs).

Les biopsies effectuées dans le duodénum proximal ne dessus de la papille de Vater peuvent montrer des artéfacts (par exemple, un étirement des villosités) produits par les glandes de Brunner sous-muqueuses, et qui peuvent être interprétés à tort comme une muqueuse plate.

Sous microscopie optique, les observations histologiques les plus caractéristiques chez les patients avec un régime contenant du gluten sont [15]:

  • Atrophie villositaire
  • Hyperplasie des cryptes
  • Infiltration de la lamina propria par des cellules mononucléaires
  • Modifications de l’épithélium, avec des anomalies tructurelles des cellules épithéliales
  • Infiltration intra épithéliale par des lymphocytes

Une série d’études bien-conçues par Marsh [15] permet d’interpréter la grande variété d’atteintes de la muqueuse induite par le gluten, les modifications histologiques de la maladie coeliaque étant catégorisées sur une échelle allant d’une muqueuse normale à des villosités complètement plates. La classification de Marsh modifiée [33,34] est utilisée largement dans la pratique clinique (Tableau 1).

Tableau 1 Classification de Marsh modifée des lésions de l’intestin grêle induites par le gluten [33,34]

Considérations générales concernant le diagnostic istologiqueh

Une biopsie de l’intestin grêle représente conjointement avec une sérologie positive, l’examen de référence pour le diagnostic d’une maladie coeliaque. Les constatations histologiques ne sont pas pathognomiques de la maladie. L’histologie ne permet cependant pas toujours de diagnostiquer la maladie coeliaque avec certitude. Un diagnostic histologique correct repose sur une série de critères en relation avec le nombre de biopsies, la qualité des échantillons etla qualité de la lecture. Une analyse récente de l’adhésion aux directives actuelles a montré que dans 66% de plus de 132’000 biopsies effectuées aux Etats-Unis le nombre de prélèvements effectués était en dessous du nombre recommandé. La même étude montrait qu’il existait une corrélation nette entre le nombre d’échantillons prélevés par examen et le nombre de nouveaux diagnostics de maladie coeliaque.

Etant donné que l’analyse histopathologique est très subjective, il est important de pouvoir disposer du savoir-faire pathologique nécessaire (Tableau 2). La littérature démontre des lacunes dans l’examen histologique des biopsies effectuées dans le but de diagnostiquer une maladie coeliaque dans la pratique clinique [36].

 

Tableau 2 Eléments clés à prendre en considération pour avoir un diagnostic histologique fiable

 

Rôle de l’endoscopie dans le cas de suspicion de la maladie coeliaque

Durant les vingt dernières années, l’endoscopie digestive supérieure est devenue plus importante en tant que procédure permettant l’examen histologique de la muqueuse, étant moins invasive et prenant moins de temps quela biopsie perorale. L’endoscopie permet également en même temps de visualiser des modifications typiques au niveau du duodénum, modifications hautement prédictives pour la maladie coeliaque [37,38]. Bien que l’endoscopie puisse fournir une indication à des biopsies intestinales chez des patients qui sont examinés pour d’autres pathologies qu’une suspicion de maladie coeliaque, elle n’est pas suffisamment sensible pour détecter la maladie coeliaque [39]. Les éléments caractéristiques trouvés à l’endoscopie sont [40]:

  • Aspect festoné des plis, fissuration muqueuse, aspect en mosaïque
  • Aplatissement des plis
  • Réduction de la hauteur des plis et/ou disparition des plis à l’insufflation maximum

Si ces éléments sont présents à l’endoscopie, il est impératif d’effectuer des biopsies duodénales. Inversement, en présence d’une suspicion clinique de maladie coeliaque il est impératif d’effectuer des biopsies de l’intestin grêle même si le duodénum a un aspect normal.

Utilisation des anticorps sériques pour diagnostiquer la maladie coeliaque

Les tests sérologiques spécifiques pour la maladiecoeliaque, déjà utilisés depuis 20 ans, sont importants à deux égards: pour identifier les patients chez qui il est approprié d’effectuer des biopsies et pour confirmer le diagnostic chez les patients présentant une entéropathie [36,41]. Il a été démontré à plusieurs reprises dans de nombreuses études qu’un nombre de marqueurs sérologiques sont hautement sensibles et spécifiques pour une maladie coeliaque non traitée. Sur la base des antigènes-cibles les tests sérologiques pour la maladie coeliaque peuvent être divisés en deux groupes [41,42]:

  • Auto anticorps:
    • Anticorps anti-endomysium (EMA) et anticorps anti -transglutaminase tissulaire (tTG)
  • Anticorps anti-gliadine:
    • Les anticorps anti-gliadine conventionnels (AGAs) qui sont considérés de nos jours comme obsolètes pour diagnostiquer la maladie
    • Anticorps contre les peptides désaminés de la gli adine (DGPs)

Tous ces anticorps se basent sur la d’immunoglobulines G (IgG). Les tests sont utiles afin de détecter la maladie IgA.

présence d’immunoglobulines A (IgA) ou basés sur la présence d’anticorps de type IgG coeliaque chez certains patients déficients en

Anticorps IgA anti-endomysium (IgA anti-EMA)

Les anticorps IgA anti-endomysium se lient à l’endo mysium, le tissu conjonctif se trouvant autour du muscle lisse produisant un aspect très typique qui peut être visualisé par une immunofluorescence indirecte [43]. Le résultat du test est tout simplement positif ou négatif puisque même des titres bas d’anticorps sériques IgA anti-endomysium sont spécifiques de la maladie coeliaque. Ce test coûte très cher, représente un processus long et exigeant et nécessite un expert afin d’arriver à une interprétation exacte des données. La cible des anticorps a été identifiée comme la transglutaminase tissulaire (transglutaminase 2). Le test est modérément sensible (environ 80%) et hautement spécifique (avec une spécificité de près de 100%) pour le dépistage d’une maladie coeliaque non traitée (active) [41].

Anticorps anti-transglutaminase tissulaire (IgA anti-tTG)

L’antigène contre lequel les anticorps anti-endomysium sont dirigés est la transglutaminase tissulaire. Les anticorps anti-tTG sont hautement sensibles et hautement spécifiques pour le diagnostic de la maladie coeliaque. Les dosages immunoenzymatiques (ELISA) pour les anticorps IgA anti-tTG sont maintenant largement disponibles et sont plus à effectuer, dépendent moins de l’observateur et sont moins coûteux que les tests à immunofluorescen ce utilisés pour la détection des anticorps IgA anti-endomysium [41,42]. La précision des tests IgA anti-tTG a été améliorée depuis qu’on utilise des préparations detTG humaines au lieu de tTGA d’origine animale comme précédemment. De nos jours,les dosages des anticorps anti- tTG sont utilisés partout dans le monde, mais il existe cependant des différences considérables entre les différents « kits » commerciaux à disposition, dans les seuils limites recommandés par les fabricants et dans la tandardisation des techniques de laboratoire [42].

Un test rapide a récemment été mis au point pour ladétection d’anticorps anti-tTG dirigés contre les antigènes tTG contenus dans lesglobules rouges et libérés par hémolyse. Ce test ne nécessite que quelques minuteset peut se faire lors d’une consultation unique [45]. Cette méthode pourrait faciliter la prise de décisions rapides et sa précision paraît très similaire à celle d’un test tTG conventionnel [46]. Ce test rapide peut cependant montrer des résultats faussement positifs et faussement négatifs et ne devrait ainsi pas remplacer un diagnostic par sérologie ou par histologie.

Anticorps IgA et IgG anti-gliadine (tests IgA anti-AGA et IgG anti-AGA)

La gliadine est le composant majeur des protéines de stockage du blé, appelées collectivement gluten. La gliadine purifiée est facilement disponible et est utilisée comme antigène dans les tests ELISA pour la détection des anticorps antigliadine sériques. Les taux d’anticorps antigliadine sont fréquemment élevés dans les maladies

coeliaques non traitées et les tests antigliadine ont été utilisés pendant quelques années comme aide au diagnostic. Ces tests démontre une sensibilité et une spécificité modérées, les tests IgA étant supérieuraux tests IgG, mais leur valeur prédictive positive est cependant relativement faible en général [41,42]. Les tests anti- AGA ne sont plus recommandés de routine pour le diagnostic d’une maladie coeliaque à cause de leur sensibilité et de leur spécificité moindre. Ils sont cependant les seuls biomarqueurs qui sont actuellement à disp osition chez les patients avec une sensibilité au gluten non coeliaque [3].

Anticorps IgA et IgG anti-peptides désaminés de lagliadine (IgA et IgG anti- DPGs)

Un test ELISA basé sur la détection d’une combinaison de peptides déaminés de la gliadine développés par synthèse (DGPs) a été introduit il y a quelques années et la recherche clinique a montré que ce test a un très haut niveau de fiabilité diagnostique chez les patients à haut risque et à bas risque—trè s comparable à ceux des tests sur les auto anticorps [47,48]. Des études ont démontré qu’en général la détection de la classe IgG est hautement sensible et hautement spécifique pour une suspicion de maladie coeliaque ainsi que pour la détection de la maladie dans les cas anti-tTG- séronegatifs et chez les patients avec une déficience sélective en IgA. Plus récemment, les deux tests anti-DGP ont été associésdans un seul test pour IgA et IgG anti-tTG [48]. Les premiers résultats démontrent unniveau de sensibilité élevé mais, comme prévu, un niveau de spécificité bas. Il estependantc possible que ceux-ci puissent être améliorés par une association avec’autresd tests.

Considérations générales concernant les anticorps ériques

L’exactitude et la fiabilité des tests sériques ontété établies par des études menées dans le cadre de la recherche dans des conditions expérimentales et peuvent ne pas réfléter le niveau d’exactitude rencontré en pratique clinique [41]. Les études décrivant les tests anticorps démontrant les meilleurs résultats ont été menées chez des patients et des témoins sélectionnés et/ou dansdes populations avec une prévalence haute de la maladie. Les études menéeshezc les patients à bas-risque ont montré une diminution de la sensibilité et de la spécificité pour tous les tests pour les anticorps testés [48]. Dans les populations à bas-risque, alors que les valeurs prédictives négatives des différents tests sont très hautes, les valeurs prédictives positives sont basses. Dans ce contexte, l’exactitude diagnostique de la sérologie pourrait être améliorée en augmentant les valeurseuils afin d’atteindre des valeurs prédictives positives de 100%, ou en ajoutant simultanément ou de manière séquentielle d’autres tests sérologiques. En utilisant cette dernière stratégie, l’accord entre les résultats obtenus (les deux tests étant oits positifs ou bien négatifs) témoignerait d’une sensibilité, d’une spécificité de valeurs prédictives positives ou négatives très hautes. Chez les enfants de moins de2-3 ans, les anticorps anti- transglutaminase tissulaire paraissent avoir une valeur limitée et quelques études ont démontré que les tests anti-DGP sont plus efficaceset pourraient avoir un pouvoir de détection augmenté. Dans le passé, il était courantque les résultats sérologiques étaient d’habitude négatifs chez les patients avecune entéropathie légère (Marsh grades 1, 2, ou 3b) [33]. Ceci était cependant basésur les AGA et les EMA comme seuls biomarqueurs. Avec l’introduction des tTG et des DGP, la sensibilité de la détection chez les patients avec une entéropathieégèrel (Marsh <2) a été augmentée (Tableau 3).

Tableau 3 Eventail des sensibilités et des spécificités destests sérologiques pour la maladie coeliaque, selon des revues systématiques et des études chez les patients à bas et à haut risque

Note: Il existe un degré d’hétérogénéité considérable entre les différentes études à disposition. Les données contenues dans ce tableau ont été obtenues à partir de revues systématiques (*) [31,50,51] ainsi qu’à partir d’une étude sur une population comprenant des cas à haut- et à bas-risque () [48,52,53]. AGA, anticorps antigliadine; DGP, peptide désaminé de la gliadine; EMA, anticorps anti-endomysium; IgA, immunoglobuline A; IgG, immunoglobuline G; tTG, transglutaminase tissulaire.

Choix du test sérologique le plus approprié dans divers scénarios cliniques

  1. Pour confirmer une responsabilité du gluten chez esl patients avec une entéropathie (diagnostic):les tests IgA EMA, IgA et IgG tTG, et IgA DGP ont une efficacité similaire et démontrent de manière trèsvalable la respontabilité du gluten. IgG DGP paraît être très utile chez les patients déficients en IgA et chez certains patients EMA-négatifs et tTG-négatifs.
  2. Choisir les patients chez qui une biopsie duodénale devrait être effectuée: afin de réduire la nécessité de pratiquer une biopsie duodénale et sur la base de l’exactitude des tests sérologiques, une série d’algorithmes sont utilisés pour sélectionner les patients pour lesquels une biopsie est indiquée:
  • Dans la population générale (screening).tTG et DGPs montrent des résultats similaires ainsi qu’une sensibilité haute. Ces tests ont une valeur prédictive positive basse dans les populations à faible risque . Un algorithme sérologique, comportant l’utilisation en série de tests plus spécifiques (par ex. EMA) a donc été largement utilisé afin d’améliorer la précisiondiagnostique dans la population générale. Une étude récente a suggéré que l’utilisation d’un test unique détectant les sous types IgA et IgG de tTG et DGP représentel’examen le plus sensible. L’utilisation simultanée ou en série de deux tests(par ex. IgA et IgG DGP/tTG plus soit IgA tTG ou IgA DGP ou IgG DGP) fournit les valeurs prédictives positive et négative les plus hautes. Utiliser ces tests en combinaison améliore ainsi le dépistage.
  • Identification de cas dans des populations à haut r isque. N’importe lequel des tests peut être utilisé seul étant donné que cesstste montrent tous des résultats similaires—en dosage unique ou en combinaison. Util iser ces tests en combinaison n’améliore pas le dépistage.

Le test EMA nécessite un recours aux experts pour ’interprétationl et les tests ELISA pour la détection des anticorps tTG sont ains à recommander dans les institutions avec un niveau de compétence moindre.

Aspects cliniques et symptômes clés

  1. Adultes avec maladie coeliaque classique:
  • Diarrhée chronique (autrefois considérée comme leymptômes le plus habituel)
  • Perte de poids
  • Anémie
  • Distension abdominale
  • Lassitude et malaise
  • Oedèmes
  1. Enfants avec maladie coeliaque classique:
  • Retard staturo-pondéral, perte de poids, petite taille
  • Vomissements
  • Diarrhée
  • Douleur abdominale récurrente
  • Fonte musculaire
  • Intestin irritable
  • Hypoprotéinémie
  • Irritabilité et mal-être
  1. Adultes et enfants avec maladie coeliaque non classique. La présentation peut être monosymptomatique ou oligosymptomatique, ou de faible intensité:
  • Distension abdominale
  • Douleur abdominale
  • Fatigue chronique
  • Anémie ferriprive
  • Migraines chroniques
  • Dermatite herpétiforme
  • Neuropathie périphérique
  • Déficit en acide folique
  • Diminution de la densité osseuse
  • Stérilité inexpliquée
  • Ménarque tardive
  • Avortement inexpliqué

Evolution clinique asymptomatique

Les études de familles ont montré que presque le 50% des patients chez lesquels on a diagnostiqué récemment une maladie coeliaque ont une évolution clinique asymptomatique. Il est probable que la moitié de la population non diagnostiquée présente cette forme clinique asymptomatique. Cependant de nombreux patients avec une maladie « asymptomatique » rapportent une “amélioration” après l’instauration d’un régime sans gluten et la plupart d’entre eux poursuivent ce type de régime alimentaire.

Envisager une maladie coeliaque dans les cas suivants (les prévalences estimées sont notées entre parenthèses si disponibles) [6,54]:

  • Parents du premier et du second degré de patients avec une maladie coeliaque (10% et 5%, respectivement)
  • Anémie ferriprive non expliquée (3–15%)
  • Déficits en acide folique, en fer ou en vitamine B inexpliqués
  • Diminution de l’albumine sérique
  • Hypertransaminasémie inexpliquée (2–9%)
  • Ostéoporose et ostéomalacie précoce (2–4%)
  • Douleur abdominale récurrente ou ballonnement
  • Eruptions cutanées
  • Autres maladies auto-immunes: diabète de type 1 (2–15%), dysfonction de la thyroïde (2–7%), maladie d’Addison, hépatite autoimmune (3–6%)
  • Ataxie et neuropathie idiopathique
  • Syndromes de Down et de Turner (6% chacun)
  • Syndrome de l’intestin irritable (3%)

Pourquoi la maladie coeliaque est-elle difficile à diagnostiquer?

  • Autres diagnostics possibles (souvent syndrome de l’intestin irritable)
  • La maladie peut être oligosymptomatique ou asymptomatique
  • La maladie peut présenter des périodes de latence
  • La complexité de la présentation clinique (maladiesystémique)
  • Les médecins peuvent ne pas y penser et il existe plusieurs « mythes »:
    • La maladie coeliaque est rare
    • La maladie coeliaque n’affecte que les Caucasiens
    • La maladie coeliaque existe surtout en Europe et  aux Etats-Unis
    • La maladie coeliaque existe seulement chez les en fants
    • La maladie coeliaque existe seulement chez les pa tients avec une diarrhée chronique
    • La maladie coeliaque peut être guérie après une période de traitement

Diagnostic différentiel

La maladie coeliaque présente un tableau clinique très complexe et changeant et il existe de nombreuses maladies qui comportent des modifications de la muqueuse très semblables à celles rencontrées dans la maladie coeliaque (Tableau 4).

Tableau 4 Maladies comportant des modifications de la muqueuse très semblables à celles rencontrées dans la maladie coeliaque

Pourquoi chercher à dépister la maladie coeliaque?

Chez les patients avec une maladie coeliaque symptomatique, l’introduction d’un régime sans gluten (GFD) peut améliorer de manièresignificative les symptômes, les paramètres biochimiques anormaux et la mauvaise qualité de vie. Un traitement à long terme permet également de réduire le risque decomplications malignes et non malignes. Des interrogations demeurent quant aux conséquences à long terme chez les patients avec une maladie coeliaque asymptomatique et quant au maintien d’un régime sans gluten à vie chez tous les patients. Des études récentes suggèrent que le maintien d’un régime sans gluten à long terme peut avoir une influence favorable sur la qualité de vie chez les patients chez qui une maladie coeliaque est détectée lors de screening et qui sont pour la plupart considérés comme asymptomatiques [55,56].

Les patients avec une maladie coeliaque non traitéeont à long terme un risque élevé de complications bénignes et malignes [57–59]:

  • Cancer (augmentation du risque global 1.35)
  • Lymphomes malins
  • Tumeurs de l’intestin grêle
  • Tumeurs oropharyngées
  • Stérilité inexpliquée (12%)
  • Ostéoporose (30–40%)
  • Fractures osseuses (risque accru chez les patients avec une maladie coeliaque classique symptomatique) (35% d’augmentation du risque) [60,61]

Cascade pour diagnostiquer la maladie coeliaque

Tableau 5 Cascade pour diagnostiquer la maladie coeliaque


Note: Un diagnostic basé uniquement sur « l’évaluation clinique » et l’amélioration après l’instauration d’un régime sans gluten est à déconseiller fortement. Ceci peut être à l’origine d’erreurs de diagnostic et ne peut être utile que chez une minorité de patients parmi la population générale (ceux avec une maladie coeliaque déclarée) et dans les régions aux ressources extrêmement faibles ; il peut prêter à c onfusion en attribuant un diagnostic non spécifique de maladie coeliaque à des patients avec une sensibilité au gluten non coeliaque. Un régime sans gluten peut avoir un résultat non spécifique à cause des modifications alimentaires non dépendantes du gluten ou en raison d’un « effet placébo » faussement attribué à un diagnostic de maladie coeliaque.

5 Conduite à tenir devant une maladie coeliaque

Introduction

Le traitement de la maladie coeliaque est uniquement basé sur un régime sans gluten strict à vie [15,25,31,54]. Aucuns aliments ou médicaments contenant du gluten de blé, de seigle ou de l’orge ainsi que leurs dérivésne doivent être ingérés, même en petites quantités.

L’avoine n’est pas toxique chez plus de 95% des pat ients avec une maladie coeliaque, mais il existe un petit sous-groupe (< 5%) pour lequel l’avoine n’est pas sans danger [62–66]. En outre, il y a une réticence dans quelques pays, à conseiller une utilisation libérale d’avoine à cause de la difficulté à garantir que l’avoine commercialement disponible est libre de contamination avec d’autres grains. Le riz et le maïs peuvent faire partie d’un régime sans gluten.

Chez les patients avec maladie coeliaque, l’abstention totale de consommation de gluten amène une rémission symptomatique, sérologique et histologique chez la plupart d’entre eux [15,55]. Chez les enfants, la croissance et le développement se normalisent sous régime sans gluten et chez les adultes bon nombre de complications peuvent être évitées [63,64].

Environ 70% des patients décrivent une améliorationde leur symptômes dans les deux semaines qui suivent l’instauration d’un régime sans gluten [56]. Les taux d’anticorps peuvent diminuer rapidement après l’instauration d’un régime sans gluten strict. Par contre, il n’est pas toujours possible d’obtenir une résolution totale des lésions histologiques ou celle-ci peut nécessiter esd années [65].

La plupart des patients ont une réponse clinique rapide à un régime sans gluten, bien que le taux de réponse puisse varier. Les patients qui sont sévèrement malades peuvent nécessiter une hospitalisation, l’administration de liquides et d’électrolytes par voie intraveineuse, une alimentation parentérale et occasionnellement des stéroïdes.

Les patients chez qui une hospitalisation est nécessaire sont décrits comme étant en « celiac crisis » [1]. Les patients doivent être encouragés à consommer des aliments naturellement riches en fer et en folate, surtout si on a observé qu’ils souffrent de déficience en fer et en folate. Les patients doivent aussi consulter une diététicienne/nutritionniste compétente dans le domaine régime sans gluten. Comme toutes les diététiciennes/nutritionnistes ne sont asp compétentes dans ce domaine complexe, il existe des groupes nationaux ou locaux qui peuvent conseiller sur ce sujet et fournir une information appropriée.

Recommandations post-diagnostic

En résume, voici les recommandations concernant le suivi après diagnostic et les outils nécessaire afin de contrôler l’adhérence aurégime sans gluten [36,51,67], en ce qui concerne la première année post diagnostic (avec des rendez-vous de contrôle tous les 3–6 mois):

  • Visites cliniques: surveillance des symptômes et te sts de laboratoire. Tests sérologiques pour la maladie coeliaque (meilleurs ndicateurs: détermination quantitative de DGP IgA et de tTG IgA)
  • Consultation chez un(e) nutritionniste compétent(e): évaluation du status nutritionnel et de l’adhérence au régime sans gluten sur la base d’un entretien, d’un agenda nutritionnel

Régime sans gluten[68–74]

Tableau 6 Céréales, amidons et farines non autorisés dans unrégime sans gluten

 

Les flocons d’avoine pur sont à disposition dans certains pays et sont admis jusqu’à un certain point. Même si beaucoup d’études ont conclu que les flocons d’avoine peuvent être consommés par les patients avec une maladie coeliaque en quantité modérée, il existe des craintes concernant la possibilité d’une contamination de l’avoine par du blé et de l’orge pendant le conditionnement.

 

Tableau 7 Céréales, amidons et farines autorisés dans un régime sans gluten


Note: ces céréales, amidons et farines qui sont exemptsde gluten sont admis dans un régime sans gluten, mais il existe cependant des craintes concernant la possibilité d’une contamination par le blé et l’orge. Il est donc indispensable d’analyser ces amidons et ces farines en ce qui concerne leur contenu en gluten avant d’autoriser leur utilisation libérale chez les patients avec une maladie coeliaque.

Autres aliments admis dans un régime sans gluten debase

  • Lait, crème, babeurre, yoghourt nature
  • Viande fraîche de toutes sortes
  • Oeufs
  • Légumineuses: lentilles, pois chiches (haricots garbanzo), pois, haricots, noix
  • Fruits: frais, surgelés, conserves avec jus mais sans additif
  • Légumes: frais, surgelés, conserves avec jus maissans additif
  • Huiles végétales liquides

Divers

  • Douceurs: miel, sirop de maïs, sucre (brun et blanc)
  • En-cas: popcorn simple, noix et noix de soja
  • Condiments: pickles simples, olives, herbes, poivre noir pur, vinaigres (pomme ou cidre, vinaigre blanc distillé, vinaigre de vin, spiritueux)

Note: La majorité des aliments produits de façon industrielle contient des ingrédients qui sont pas admis dans le cas d’un régime sans gluten— il est indispensable de faire attention aux étiquettes et aux listes à disposition décrivant les aliments admissibles. Il est hautement souhaitable que les patients fassent partie d’un groupe de soutien.

Un régime sans gluten est pauvre en fibres. Il faut conseiller aux patients un régime riche en fibres avec un apport supplémentaire de grains de riz, de maïs, de pommes de terre et beaucoup de légumes. Il faut corriger d’éventuels déficits en fer, en acide folique, en calcium et (très rarement) en vitamine B12.

Surveillance [67–74]

L’adhérence à vie à un régime sans gluten représent la meilleure façon de diminuer les risques et de protéger contre les complications non malignes et malignes, tout en améliorant la qualité de vie du patient. La compliance est difficile. Une bonne information aux patients et à leurs proches, un expert à disposition, une surveillance des progrès et de l’évolution sont très utiles. Les patients devraient être mis au cou rant de l’importance d’une adhérence stricte au régime. Malgré l’importance de tous ces aspects,il n’existe pas de directives claires pour évaluer le résultat obtenu ou pour examiner l’adhérence à un régime sans gluten.

La très grande variabilité dans la présentation de la maladie coeliaque rend également difficile la tache d’évaluer l’activité clinique enutilisant de simples mesures. Il est possible qu’une approche multidisciplinaire puisse fournir plus d’informations importantes.

Il n’existe pas de consensus en ce qui concerne la fréquence de la surveillance ou les meilleures mesures pour évaluer la compliance et les résultats. Il est très important d’aider les patients à adhérer au régime, en particulier pendant la première année de traitement. Pendant cette période, les consultations de contrôle auprès d’un team de professionnels devraient s’effectuer tous les 3-6 mois. Après la première année, une fois que l’état du patient s’est stabilisé, les consultations peuvent être réduites à une fois par année.

Un dépistage sérologique chez les parents du premie degré et du deuxième degré devrait être envisagé.

Evaluation des tests de laboratoire

Les tests sérologiques spécifiques devraient être effectués moins souvent, suivant le niveau de compliance et la durée du régime sans gluten. Des études récentes indiquent que le dosage périodique des IgA DGP et/ou les IgA tTG représente la méthode de choix pour la surveillance de la compliance. Malgré le fait que ces tests ne permettent pas d’identifier les erreurs alimentaires mineures, une diminution régulière des taux sériques permet d’évaluer la compliance au régime.

Consultation chez un(e) nutritionniste

Les patients doivent consulter un(e) nutritionniste compétent(e) pour:

  • Evaluer leur status nutritionnel actuel
  • Identifier la consommation de macronutriments et/ou micronutriments et détecter les éventuelles déficiences et/ou excès.

Il est important que les patients avec une maladie coeliaque consomment quotidiennement des quantités suffisantes de calories, de thiamine, de riboflavine, de niacine, de foliate, de fer, de calcium et de fibres.

  • Analyser les habitudes alimentaires et les facteurs potentiels pouvant influencer le régime
  • Fournir des informations et instaurer le régime sans gluten
  • Fournir un enseignement en diététique
  • Surveiller et évaluer la compliance alimentaire et renforcer les conseils alimentaires donnés

Chez les patients qui n’arrivent pas à adhérer au régime, un soutien psychologique peut s’avérer nécessaire.

Persistence des symptômes

La persistance des symptômes est presque toujours causée par la poursuite de l’ingestion de gluten. Une difficulté fréquente dans les régimes ans gluten est la présence de contamination et la présence non suspectée de gluten dans les aliments manufacturés ou dans des médicaments (bien que ce soit rare). Il est souhaitable que les patients prennent le soin de consulter régulièrement et de manière routinière la liste d’ingrédients avant d’acheter un produit afin de pouvoir identifier le gluten occulte; les listes à disposition devraient être consultées afin de repérer les aliments qui sont autorisés. Les tests sérologiques permettent de détecter les écarts majeurs et prolongés à la compliance alimentaire. Raisons pour la persistance des symptômes:

  • Ingestion par inadvertance de gluten (raison la plus fréquente)
  • Diagnostic erroné
  • Intolérance au lactose ou au fructose
  • Autre intolérance alimentaire
  • Insuffisance pancréatique
  • Colite microscopique
  • Prolifération bactérienne
  • Colite collagène ou sprue collagène
  • Syndrome de l’intestin irritable
  • Jéjunite ulcéreuse
  • Entéropathie associée à un lymphome T
  • Maladie coeliaque réfractaire

Les trois derniers points peuvent être considérés comme des complications d’une maladie coeliaque au long cours.

Maladie coeliaque réfractaire

Un diagnostic de maladie coeliaque réfractaire est posé chez les patients lorsque les symptômes persistent et lorsqu’il existe une atrophie villositaire qui ne répond pas à un régime sans gluten [66]. Cela peut se produire immédiatement ou après une première réponse positive à un régime sans gluten [75]. Ce diagnostic doit être envisagé particulièrement chez les patients où cette pathologie a été diagnostiquée après l’âge de 50 ans.

Il existe deux sous groupes de maladie coeliaque réfractaire:

  • Type I, avec des lymphocytes intraépithéliaux normaux
  • Type II, avec prolifération clonale de lymphocytes intraépithéliaux de phénotype anormal avec absence d’expression en surface du récepteur « T » et de molécules CD3 et CD8

Le type II est considéré comme un lymphome intraépithélial de bas grade, révélé par une malabsorption sévère qui ne répond pas à un régimesans gluten. Ceci est la forme la plus sévère et est associé à un taux de mortalité élevé[76].

Références

  1. Ludvigsson J, Leffler D, Bai JC, et al. The Oslo definitions for coeliac disease-related terms. Gut 2012 Feb 16 [Epub ahead of print].
  2. Stern M, Ciclitira P, Van Eckert R, et al. Analysis and clinical effects of gluten in coeliac disease. Eur J Gastroenterol Hepatol 2001; 13: 741–7.
  3. Sapone A, Bai JC, Ciacci C, et al. Spectrum of gluten-related disorders: consensus on new nomenclature and classification. BMC Med 2012, 10: 13.
  4. Rewers M. Epidemiology of celiac disease: what are the prevalence, incidence, and progression of celiac disease? Gastroenterology 2005; 128: S47–S51.
  5. Lohi S, Mustalahti K, Kaukinen K. Increasing prevalence of coeliac disease over time. Aliment Pharmacol Ther 2007, 26: 1217–25.
  6. Fasano A, Catassi C. Current approaches to diagnosis and treatment of celiac disease: an evolving spectrum. Gastroenterology 2001; 120: 636–51.
  7. Fasano A, Berti I, Gerarduzzi T, et al. Prevalence of celiac disease in at-risk and not-at- risk groups in the Unites States: a large multicenter study. Arch Intern Med 2003; 163: 286–92.
  8. Lionetti E, Catasssi C. New clues in celiac disease epidemiology, pathogenesis, clinical manifestations, and treatment. Int Rev Immunol 2011; 30: 219–31.
  9. Mustalahti K, Catassi C, Reunanen A, et al. The prevalence of CD in Europe: results of a centralized, international mass screening project. Ann Med 2010; 42: 587–95.
  10. Catassi C, Kryzak D, Bhatti B, et al. Natural history of celiac disease autoimmunity in a USA cohort followed since 1974. Ann Med 2010; 42: 530–8.
  11. Maki M, Mustalhati K, Kokkonen J, et al. Prevalence of celiac disease among children in Finland. N Engl J Med 2003; 348: 2517–24.
  12. Gomez JC, Selvaggio GS, Viola M, et al. Prevalence of celiac disease in Argentina: screening of an adult population in the La Plata area. Am J Gastroenterol 2001; 96: 2700–4.
  13. Sollid LM, Thorsby E. HLA susceptibility genes in celiac disease: genetic mapping and role in pathogenesis. Gastroenterology 1993; 105: 910–22.
  14. Abadie V, Sollid L, Barreiro LB, et al. Integration of genetic and immunological insights into a model of celiac disease pathogenesis. Annu Rev Immunol 2011; 29: 493–525.
  15. Marsh MN. Gluten major histocompatibility complex, and the small intestine. Gastroenterology 1992; 102: 330–54.
  16. Gandolfi L, Pratesi R, Cordoba JC, et al. Prevalence of CD among blood donors in Brazil. Am J Gastroenterol 2000; 95: 689–92.
  17. Parada A, Araya M, Pérez-Bravo F, et al. Amerindian mtDNA haplogroups and celiac disease risk HLA haplotypes in mixed-blood Latin American patients. J Pediatr Gastroenterol Nutr 2011; 53: 429–34.
  18. Mendez-Sanchez N, Zamora-Valdes N, Sanchez-Giron F, et al. Seroprevalence of anti- gliadin and anti-endomysium antibodies in Mexican adults. Gastroenterology 2006; 130 (Suppl 2): A-668.
  19. Brar P, Lee AR, Lewis SK, et al. Celiac disease in African-Americans. Dig Dis Sci 2006;51:1012–5.
  20. Catassi C, Rätsch IM, Gandolfi L, et al. Why iscoeliac disease endemic in the people of Sahara? Lancet 1999; 354: 647–8.
  21. Sood A, Midha V, Sood N, et al. Prevalence of CD among school children in Punjab, North India. J Gastroenterol Hepatol 2006; 21: 1622–5.
  22. Aziz S, Muzaffar R, Zafar MN, et al. Celiac disease in children with persistent diarrhea and failure to thrive. J Coll Physicians Surg Pak 2007; 17: 554–7.
  23. Wu J, Xia B, von Blomberg BME, et al. Coeliac disease: emerging in China? Gut 2010;59:418–9.
  24. Ferguson A, Arranz E, O’Mahony S. Clinical and pathological spectrum of coeliac disease—active, silent, latent, potential. Gut 1993 ; 34: 150–1.
  25. Green PH, Jabri B. Coeliac disease. Lancet 2003; 362: 383–91.
  26. Green PH. The many faces of celiac disease: clinical presentation of celiac disease in the adult population. Gastroenterology 2005; 128 (Suppl 1):S74–S78.
  27. Nachman F, Nachman F, Mauriño E, et al. Quality of life in celiac disease patients: prospective analysis on the importance of clinical severity at diagnosis and the impact of treatment. Dig Liver Dis 2009; 41: 15–25.
  28. Lindfors K, Koskinen O, Kaukinen K. An update on the diagnostics of celiac disease. Int Rev Immunol 2011; 30: 185–96.
  29. Smecuol E, Bai JC. Diagnosis of celiac disease. World Gastroenterol News e-WGN 2011; 16 (2): 7–10. Available at: http://www.worldgastroenterology.org/wgn.html.
  30. Catassi C, Fasano A. Celiac disease diagnosis: simple rules are better than complicated algorithms. Am J Med 2010; 123: 691–3.
  31. Ciclitira PJ. Celiac disease: a technical review. Gastroenterology 2001; 120: 1526–40.
  32. Hill I, Dirks M, Liptak G, et al. Guideline for the diagnosis and treatment of celiac disease in children: recommendations of the North American Society for Pediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition. J Pediatr Gastroenterol Hepatol Nut 2005;40:1–19.
  33. Rostami K, Kerckhaert J, Tiemessen R, et al. Sensitivity of antiendomysium and antigliadin antibodies in untreated celiac disease: disappointing in clinical practice. Am J Gastroenterol 1999; 94: 888–94.
  34. Oberhuber G, Granditsch G, Vogelsang H. The histopathology of coeliac disease: time for a standardized report scheme for pathologists. Eur J Gastroenterol Hepatol 1999;11:1185–94.
  35. Gonzalez S, Gupta A, Cheng J, et al. Prospective study of the role of duodenal bulb biopsies in the diagnosis of celiac disease. Gastrointest Endosc 2010; 72: 758–65.
  36. Weile B, Hansen BF, Hägerstrand I, et al. Interobserver variation in diagnosing coeliac disease. A joint study by Danish and Swedish pathologists. APMIS 2000; 108: 380–4.
  37. Brocchi E, Corazza GR, Caletti G, et al. Endoscopic demonstration of loss of duodenal folds in the diagnosis of celiac disease. N Engl J Med 1988; 319: 741–4.
  38. Jabbari M, Wild G, Goresky CA, et al. Scalloped valvulae conniventes: an endoscopic marker of celiac sprue. Gastroenterology 1988; 95: 1518–22.
  39. Oxentenko AS, Grisolano SW, Murray JA, et al. The insensitivity of endoscopic markers in celiac disease. Am J Gastroenterol 2002; 97: 933–8.
  40. Niveloni S, Fiorini A, Dezi R, et al. Usefulness of video duodenoscopy and vital dye staining as indicators of mucosal atrophy of celiac disease: assessment of interobserver agreement. Gastrointest Endosc 1998; 47: 223–9.
  41. Roston A, Dubé C, Cranney A, et al. The diagnostic accuracy of serologic test for celiac disease: a systematic review. Gastroenterology 2005; 128: S38–S46.
  42. Leffler D, Scuppan D. Update on serologic testing in celiac disease. Am J Gastroenterol 2010; 105: 2520–4.
  43. Chorzelski TP, Beutner TH, Sulej J, et al. IgA anti-endomysium antibodies: a new immunological marker of dermatitis herpetiformis and celiac disease. Br J Dermatol 1984; 111: 395–402.
  44. Dieterich W, Ehnis T, Bauer M, et al. Identification of tissue transglutaminase as the autoantigen of celiac disease. Nat Med 1997; 3: 797–801.
  45. Raivio T, Kaukinen K, Nemes E, et al. Self transglutaminase-based rapid celiac disease antibody detection by a lateral flow method. Aliment Pharmacol Ther 2006; 24: 147–54.
  46. Raivio T, Korponay-Szabo I, Collin P, et al. Performance of a new rapid whole blood celiac test in adults patients with low prevalence of endomysial antibodies. Dig Liver Dis 2007; 39: 1057–63.
  47. Sugai E, Vázquez H, Nachman F, et al. Accuracy of testing for antibodies to synthetic deamidated gliadin peptides in celiac disease. Clin Gastroenterol Hepatol 2006; 4: 1112–7.
  48. Sugai E, Moreno ML, Hwang HJ, et al. Celiac disease serology in patients with different pretest probabilities: is biopsy avoidable? World J Gastroenterol 2010; 16: 3144–52.
  49. Tosco A, Salvati VM, Auricchio R, et al. Natural history of potential celiac disease in children. Clin Gastroenterol Hepatol 2011; 9: 320–5.
  50. Lewis NR, Scott BB. Systematic review: the use of serology to exclude or diagnose celiac disease (a comparison of the endomysial and tissue transglutaminase antibody tests). Aliment Pharmacol Ther 2006; 24: 47–54.
  51. Lewis NR, Scott BB. Meta-analysis: deamidated gliadin peptide antibody and tissue transglutaminase antibody compared as screening tests for celiac disease. Aliment Pharmacol Ther 2010; 31: 73–81.
  52. Hadithi M, von Blomberg BM, Crusius JB, et al. Accuracy of serologic tests and HLA- DQ typing for diagnosing celiac disease. Ann Intern Med 2007; 147: 294–302.
  53. Hopper AD, Cross SS, Hurlstone DP, et al. Pre-endoscopy serological testing for celiac disease: evaluation of a clinical decision tool. BMJ 2007; 334: 729.
  54. Green PH, Cellier C. Celiac disease. N Engl J Med 2007; 357: 1731–43.
  55. Kurppa K, Collin P, Mäki M, et al. Celiac disease and health-related quality of life. Expert Rev Gastroenterol Hepatol 2011; 5: 83–90.
  56. Nachman F, del Campo MP, González A, et al. Lon g-term deterioration of quality of life in adult patients with celiac disease is associated with treatment noncompliance. Dig Liver Dis 2010; 42: 685–91.
  57. Cranney A, Rostom A, Sy R, et al. Consequences of testing for celiac disease. Gastroenterology 2005; 128: S109–S120.
  58. Brousse N, Meijer JW. Malignant complications of coeliac disease. Best Pract Res Clin Gastroenterol 2005; 19: 401–12.
  59. Ludvigsson JF, Montgomery SM, Ekbom A, et al. Small-intestinal histopathology and mortality risk in celiac disease. JAMA 2009; 302: 1171–8.
  60. Corazza G, Di Stefano M, Mauriño E, Bai J. Bones in coeliac disease: diagnosis and treatment. Best Pract Res Clin Gastroenterol 2005; 19: 453–65.
  61. Olmos M, Antelo M, Vázquez H, et al. Systematic review and meta-analysis of observational studies on the prevalence of fractures in coeliac disease. Dig Liver Dis 2008: 40: 46–53.
  62. Pulido OM, Gillespie Z, Zarkadas M, et al. Introduction of oats in the diet of individuals with celiac disease: a systematic review. Adv Food Nutr Res 2009; 57: 235–85.
  63. Collin P. Should adults be screened for celiac disease? What are the benefits and harm of screening? Gastroenterology 2005; 128: S104–S108.
  64. Hoffenberg EJ. Should all children be screened for celiac disease? Gastroenterology 2005; 128: S98–S103.
  65. Sugai E, Nachman F, Váquez H, et al. Dynamics o f celiac disease–specific serology after initiation of a gluten-free diet and use in the assessment of compliance with treatment. Dig Liver Dis 2010; 42: 352–8.
  66. Akobeng AK, Thomas AG. Systematic review: tolerable amount of gluten for people with coeliac disease. Aliment Pharmacol Ther 2008; 27:1044–52.
  67. Pietzak MM. Follow-up of patients with celiac disease: achieving compliance with treatment. Gastroenterology 2005; 128 (4 Suppl 1): S135–41.
  68. Kupper C. Dietary guidelines and implementation for celiac disease. Gastroenterology 2005; 128 (4 Suppl 1): S121–7.
  69. Case S. The gluten-free diet: how to provide effective education and resources. Gastroenterology 2005; 128 (4 Suppl 1): S128–34.
  70. See J, Murray JA. Gluten-free diet: the medical and nutrition management of celiac disease. Nutr Clin Pract 2006; 21: 1–15.
  71. Niewinski MM. Advances in celiac disease and gluten-free diet. J Am Diet Assoc 2008; 108: 661–72.
  72. American Dietetic Association; Dennis M, Kupper C, Lee AR, et al. Celiac disease (CD). Evidence-based nutrition practice guideline. Chicago: American Dietetic Association (ADA), 2009. Available at: http://www.guideline.gov/content.
  73. Dickey W, Kearney N. Overweight in celiac disease: prevalence, clinical, characteristics, and effect of a gluten-free diet. Am J Gastroenterol 2006; 101: 2356–9.
  74. Clinical Practice Guidelines on diagnosis and treatment of celiac disease. Ministry of Health of the Nation. Detection and National Celiac Disease Control at: http://www.msal.gov.ar/celiacos/. Official Gazette No. 32148. May 2011.
  75. Cellier C, Delabesse E, Helmer C, et al. Refractory sprue, coeliac disease, and enteropathy associated T-cell lymphoma. Lancet 2000; 356: 203–8.
  76. Rubio-Tapia A, Murray JA, Classification and management of refractory coeliac disease. Gut 2010; 59: 547–57.